L’UE doit déclarer l’état d’urgence sociale

Partager sur telegram
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Inscrivez-vous ci-dessous pour vous abonner à notre newsletter

Tribune publiée sur Mediapart, disponible en cliquant ici !

« L’Union européenne doit enfin mettre la question sociale au coeur de son action ». À l’initiative d’un débat sur la « crise sociale et crise de l’emploi dans la pandémie de COVID-19 » lors de la séance plénière du Parlement européen, du 18 au 21 janvier, la délégation France Insoumise au Parlement européen appelle à la mise en place d’un « état d’urgence sociale » dans l’Union européenne.

Depuis bientôt un an, la pandémie de Covid-19 frappe durement l’Europe, provoquant une crise sans précédent.

Une crise d’abord sanitaire, mettant à mal un système public de santé, fragilisé par des années d’austérité avec la complicité de la Commission européenne. Une crise économique ensuite, sapant des secteurs économiques et industriels entiers. Une crise sociale enfin, marquée par une hausse dramatique du chômage, de la précarité et de la pauvreté partout en Europe.

Cette crise et ses effets seront durables, à mesure que la lutte face à la propagation et aux conséquences du virus s’enlise. Alors que les campagnes de vaccination piétinent en France et dans de nombreux États, les confinements, couvre-feux et autres mesures restrictives de nos libertés s’enchaînent… épuisant le moral des citoyennes et des citoyens.

Il y a pire encore. Quand bien même la pandémie serait-elle endiguée dans les mois qui viennent, les conséquences économiques et sociales de la crise ne disparaîtront pas pour autant et se feront ressentir de nombreuses années encore.

Évidemment, la situation sociale en Europe n’a pas attendue la pandémie de Covid-19 pour être tragique. Ainsi, au début de l’année 2020, plus de 20% des européens étaient déjà en situation de risque de pauvreté ou d’exclusion sociale. La pandémie se diffuse aussi par cette crise sociale qu’elle aggrave de manière exponentielle .

Les voyants sont au rouge

Culture, restauration, tourisme… Des secteurs tout entiers sont à l’arrêt ou considérablement ralentis par la pandémie. Et les conséquences sont désastreuses.

En France, plus de 600 000 emplois ont ainsi été supprimés sur les 6 premiers mois de l’année 2020. Et le cabinet Euler Hermes ne se montre pas plus optimiste pour 2021, estimant que 62 000 entreprises risquent de connaître des difficultés cette année.

Un scénario « effet domino » est donc à redouter. Car, lorsque les salariés d’une entreprise se retrouvent sans emploi, c’est toute une chaine humaine et sociale qui se trouve déstabilisée : employés, prestataires, fournisseurs… Comment ne pas craindre, alors, une explosion du taux de chômage, qui ferait basculer encore davantage de millions de personnes dans une situation de précarité ?

Les Outremers sont parmi les territoires les plus pauvres de toute l’Union europeenne avec des taux de chômage et de pauvreté records. Le poids prépondérant du tourisme et de certains autres secteurs spécialisés aggravent plus encore qu’ailleurs tant le bilan social qu’économique de la crise du covid.

Les faits sont déjà devant nous, terribles ; la pandémie a déjà provoqué une flambée de la pauvreté partout en Europe. En Italie, plus de 3 millions de personnes ont eu recours à l’aide alimentaire en 2020. À Barcelone, le nombre de repas distribués par les banques alimentaires a été multiplié par 20, passant de 24 000 à 500 000. Les aides alimentaires ont aussi augmenté de 40% dans toute l’Espagne, où prêt d’un quart de la population a été contraint de diminuer ses dépenses sur les biens de première nécessité. De son côté, la France a franchi la barre des dix millions de pauvres en 2020, selon le Secours catholique qui lance un cri d’alarme.

Cette crise précarise encore davantage les personnes déjà fragiles. 74% des étudiants français se déclarent ainsi en difficulté financière, après la disparition de bon nombre des « petits boulots » habituellement prisés pour apporter un revenu permettant de s’alimenter ou payer son loyer.

L’Union européenne doit proclamer l’état d’urgence sociale

La situation est grave. Il est grand temps d’agir. L’Union européenne doit enfin mettre la question sociale au coeur de son action. Elle doit protéger les emplois et les salaires, défendre nos industries, renforcer les droits des travailleurs, investir dans les services publics pour faire face à la crise, garantir les intérêts des artisans, des TPE et des PME. Elle se doit donner les moyens nécessaires à la protection des citoyennes et des citoyens, en faisant de l’intérêt général et du bien commun la boussole de sa sortie de crise. Bref, l’Union européenne doit rompre avec ce qu’elle était pour enfin être l’Union dont les peuples ont besoin.

En 2019, les députés européens ont proclamé l’état d’urgence climatique et environnementale, marquant les esprits sur la question écologique. Face à l’ampleur de la crise, la délégation France insoumise au Parlement européen estime aujourd’hui urgent d’engager la bifurcation pour protéger les citoyennes et les citoyens européens du chômage, de la précarité et de la misère.

Nous réclamons donc la mise en place de l’état d’urgence sociale dans l’Union européenne. Un acte fondateur indispensable pour enfin mettre la solidarité au cœur de la politique européenne.

Tribune publiée sur Mediapart, disponible en cliquant ici !

Plus d'articles

Inscrivez-vous à notre newletter !

C'est gratuit, et envoyé une fois par semaine.

DFI

Pour vous inscrire, cliquez ici : https://d-fi.lafranceinsoumise.fr/newsletter/

Renseignez votre adresse email et recevez chaque semaine l’actualités des luttes de notre délégation au Parlement européen.