Des infractions à la législation européenne constatées à l’abattoir de Blancafort par Manuel Bompard, Caroline Roose et l’association L214

Inscrivez-vous ci-dessous pour vous abonner à notre newsletter

Tôt ce matin, Manuel Bompard, eurodéputé et chef de la délégation France Insoumise au Parlement européen, accompagné de Caroline Roose, eurodéputée Verts/ALE, se sont rendus avec l’association de protection animale L214 à l’abattoir de Blancafort dans le Cher, où 15 000 oiseaux sont abattus chaque jour.

Ce dernier avait déjà été épinglé par une enquête menée par L214 en décembre sur le transport animal.

Les eurodéputés, tous deux membres de la Commission d’enquête sur la protection des animaux pendant le transport, ont pu s’entretenir quelques instants avec la direction de l’abattoir qui a assuré que leurs méthodes étaient aux normes tout en refusant l’entrée du bâtiment aux élu.es pour qu’ils puissent constater si le traitement des volailles était respectueux des normes européennes. Mais un peu plus tard, quatre camions sont arrivés, transportant dans des cages des centaines de volailles entassées.

“Nous avons pu observer que les conditions de transport des volailles ne respectaient pas la législation européenne. Celle-ci précise que les animaux doivent avoir suffisamment de place pour se tenir debout et suffisamment d’espace pour que l’air circule au-dessus de la tête” a constaté l’eurodéputé Manuel Bompard, qui a aussi annoncé que des actions donneront suite à ces découvertes de transgression flagrante de la législation européenne :

“Nous allons donc rendre compte de nos observations auprès de la commission d’enquête du Parlement européen sur le transport des animaux. Nous allons également interpeller le ministre de l’agriculture sur ces violations de la loi.”

Manuel Bompard, député européen

Contact Presse : Délégation France insoumise

Cassandra Serier – +33 6 48 75 49 32

Contact Presse : La France insoumise

Zoé Abrahams – +33 7 77 37 51 46

Plus d'articles

Démantèlement de Fret SNCF : la bombe climatique

L’Alliance écologique et sociale publie une étude sur le risque de hausse du trafic routier que va engendrer le démantèlement de Fret SNCF enclenché par le gouvernement en mai dernier. En fonction des différentes hypothèses, ce serait entre 300 000 et 520 000 poids lourds supplémentaires sur les routes de France par an.

Inscrivez-vous à notre newletter !

C'est gratuit, et envoyé une fois par semaine.

DFI

Pour vous inscrire, cliquez ici : https://d-fi.lafranceinsoumise.fr/newsletter/

Renseignez votre adresse email et recevez chaque semaine l’actualités des luttes de notre délégation au Parlement européen.