Hausse des prix de l’énergie, Pandora Papers, Relations UE/USA – LE DEBRIEF #11

Partager sur telegram
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Inscrivez-vous ci-dessous pour vous abonner à notre newsletter

Encore une semaine de plénière particulièrement chargée pour la délégation France insoumise ! Entre la défense de nos intérêts souverains face aux Etats-Unis, la révélation d’un énième scandale fiscal avec les Pandora Papers ou encore les hausses brutales des prix de l’énergie, les élus de la délégation ont mené bataille sur de nombreux fronts. Retour sur les évènements marquants de cette séance plénière !

Manuel Bompard et Manon Aubry sont intervenus dans l’hémicycle pour dénoncer le marché unique de l’énergie. Les dernières explosions de la tarification du gaz et de l’électricité sont un énième rappel de l’échec cuisant de la libéralisation ! Que ce soit pour limiter nos émissions de dioxyde de carbone ou bien pour garantir un accès de l’énergie à tous les citoyens européens, les dérives idéologiques des dirigeants européens successifs ont conduit à la situation actuelle : des augmentations massives des prix et une précarité énergétique qui touche des millions de personnes.

Pandora Papers, un énième scandale d’exil fiscal

La semaine dernière, un consortium international de journalistes révélait que des centaines de dirigeants et responsables politiques, des personnalités, des milliardaires, planquent leur fortune dans des paradis fiscaux. 11 300 milliards d’euros, soit quasiment 5 fois le PIB de la France ont été ainsi dissimulés et subtilisés aux Etats. Un énième braquage international aux montages toujours plus sophistiqués.

Deux poids, deux mesures: d’un côté le chantage à la dette pour imposer l’austérité budgétaire aux plus précaires, de l’autre un détournement massif de dizaines de milliards d’euros, réalisé avec la complicité de la Commission européenne et des gouvernements nationaux, puisque, scandale après scandale, rien ne change. Manon Aubry a dénoncé dans l’hémicycle cette hypocrisie et cette inaction alors même que le Conseil de l’UE retirait trois nouveaux pays de sa liste des paradis fiscaux, dont les Seychelles qui sont pourtant au cœur du scandale ! 

Un avenir pour les relations Etats-Unis / Union européenne ?

Emmanuel Maurel est intervenu dans l’hémicycle pour aborder l’avenir des relations de l’UE avec les Etats-Unis. Il est notamment revenu sur les pressions récentes de ces derniers sur la taxe européenne sur le numérique et leur trahison dans l’affaire des sous-marins australiens. De la coopération inégale au sein de l’OTAN aux relations commerciales difficiles, il est temps de cesser de se bercer d’illusions sur cette alliance transatlantique. Même l’élection de Biden n’a pas été le déclencheur d’une nouvelle ère, celle que les observateurs les plus optimistes pouvaient espérer. Les Etats européens doivent en prendre conscience et amorcer la sortie de l’OTAN pour garantir leur souveraineté et atteindre une autonomie stratégique européenne.

Nos corps, nos choix !

Alors que dans de nombreux pays, le droit à l’avortement est toujours plus menacé, Leïla Chaibi a rappellé le droit fondamental des femmes à disposer de leur corps. 

Au Texas, le droit de recourir à une IVG a récemment été largement restreint, interdisant aux femmes d’avorter après six semaines, date à laquelle la plupart des femmes enceintes ne savent pas encore qu’elles le sont. Cette interdiction va avoir de graves conséquences. Elle oblige les femmes qui le peuvent à demander une IVG dans un Etat voisin, ou à recourir à des avortements clandestins au risque de s’exposer à de lourdes sanctions pénales et au péril de leur vie. En Pologne comme aux Etats-Unis, il est inadmissible que les droits des femmes soient ainsi bafoués. Avorter est un droit fondamental que nous devons faire respecter!

L’égalité, c’est aussi pour les personnes handicapées !

Anne-Sophie Pelletier est quant à elle intervenue pour défendre les droits des personnes handicapées. De nombreuses difficultés de leur vie quotidienne ne sont toujours pas prises en compte par la législation européenne, ce qui a pour conséquence de reléguer ces personnes à un statut de citoyen de seconde zone. 

Pourtant, le quart des électeurs européens souffrant d’un handicap sont censés être protégés par la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée par l’UE. Dans la réalité, de nombreuses difficultés subsistent. Anne-Sophie Pelletier a ainsi formulé de nombreuses propositions pour une meilleure prise en compte des difficultés des personnes handicapées dans leur accès au droit.

Plus d'articles

Inscrivez-vous à notre newletter !

C'est gratuit, et envoyé une fois par semaine.

DFI

Pour vous inscrire, cliquez ici : https://d-fi.lafranceinsoumise.fr/newsletter/

Renseignez votre adresse email et recevez chaque semaine l’actualités des luttes de notre délégation au Parlement européen.