Stop à l’accord UE-Mercosur : 450 organisations européennes et d’Amérique du Sud s’opposent au traité !

Partager sur telegram
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Inscrivez-vous ci-dessous pour vous abonner à notre newsletter

La crise du COVID-19 a mis en lumière les failles de la mondialisation néo-libérale et de l’obsession libre-échangiste. Elle a renforcé les exigences de souveraineté au sein de l’Union Européenne, en particulier dans le domaine alimentaire. Elle est venue amplifier la prise de conscience de l’impasse d’un modèle qui met en danger la survie même de l’humanité. Mais les dirigeants européens ne semblent en retenir aucune leçon.

Ainsi, les discussions autour de l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Mercosur ont repris. Le ministre des affaires étrangères du Portugal, dont le pays occupe pour 6 mois la présidence de l’UE, a indiqué qu’il se sentait une obligation de conclure l’accord de libre-échange avec le Mercosur cette année.

Cet accord est un traité de libre-échange visant à faciliter les échanges économiques entres les pays européens et la quasi-totalité des pays d’Amérique du Sud. Il est le plus important en termes de population concernée (780 millions de personnes) et de volume d’échanges couverts (40 à 45 milliards d’euros d’importations et d’exportations).

L’accord devrait favoriser les exportations européennes d’automobiles, de textiles et de produits alimentaires transformés, ainsi que les importations de viande en provenance des pays du Mercosur. La Commission européenne avance que cet accord permettrait notamment de verdir le parc automobile des pays d’Amérique du Sud. Or, aucune conditionnalité entre la performance environnementale des véhicules vendus et l’abaissement des barrières douanières n’a été proposée.

Largement rejeté au sein de l’Union européenne, cet accord pourrait avoir de graves conséquences sur certains secteurs économiques européens, notamment dans l’agriculture et l’agroalimentaire. Le déséquilibre majeur des normes sociales, sanitaires et environnementales bien moins fortes en Amérique du Sud que dans l’Union européenne, risque de renforcer les difficultés que rencontrent les agriculteurs européens et les petites structures de l’agroalimentaire.

Surtout l’augmentation de la production agricole, notamment de viande en Amérique du Sud, risque d’entrainer un accroissement de la déforestation, à l’heure où l’importance des forêts dans la lutte contre le réchauffement climatique est indéniable.

Or la déforestation de la forêt amazonienne, qui n’a cessé de s’aggraver ces dernières années. Ainsi, en 2020, selon les données publiées début décembre 2020 par l’Institut national de recherche spatiale (INEP) du Brésil, elle a augmenté de 9,5%, avec la disparition de plus de 626 millions d’arbres, son plus haut niveau depuis 2008. Depuis le début du millénaire, selon le Réseau amazonien d’information socioenvironnementale géographique, la forêt amazonienne a perdu 8% de son territoire, soit une surface équivalente à celle de l’Espagne. Or, cet accord pourrait conduire à une augmentation de la destruction de la foret de 5 à 25 % par an pendant 6 ans si l’on en croit le rapport des experts mandatés par le gouvernement français.

Enfin, cet accord renforce la relation de dépendance des économies sud-américaines aux exportations à bas prix de matières premières obtenues par la destruction de ressources naturelles vitales, au lieu de favoriser le développement d’économies solides et résilientes.

Si en France, la communication du gouvernement met officiellement en avant son opposition à cet accord, celui-ci se refuse à rouvrir réellement les négociations et se contente de proposer des conditions additionnelles à sa signature.

Pour mettre un coup d’arrêt à ce projet mortifère et dangereux pour la planète, 450 organisations de la société civile de l’UE et des pays du Mercosur, se sont accordées pour demander aux dirigeants européens et d‘Amérique du sud d’enterrer cet accord une bonne fois pour toutes.

Parmi celles-ci, on retrouve notamment ATTAC, BLOOM, la Ligue des droits de l’Homme, Youth For Climate France, Oxfam, Greenpeace, Emmaüs ou encore la Confédération Paysanne. Leur déclaration est disponible sur le site https://stopeumercosur.org/ aux côtés de pétitions visant à faire entendre la voix des européens contre un énième accord de libre-échange irrationnel et aux conséquences environnementales, sociales et économiques désastreuses !

Les différentes initiatives ont déjà obtenu le support de plus de 2,1 millions de citoyens !

▶️ Et vous, qu’attendez-vous ? ◀️

Plus d'articles

Inscrivez-vous à notre newletter !

C'est gratuit, et envoyé une fois par semaine.

DFI

Pour vous inscrire, cliquez ici : https://d-fi.lafranceinsoumise.fr/newsletter/

Renseignez votre adresse email et recevez chaque semaine l’actualités des luttes de notre délégation au Parlement européen.