ūüéô Vaccins contre le Covid-19, Bi√©lorussie, Macron au Rwanda : interview de Manon Aubry pour France Info

Inscrivez-vous ci-dessous pour vous abonner à notre newsletter

¬ę¬†Il est un peu tard pour se r√©veiller¬†¬Ľ, estime mercredi 26 mai, sur franceinfo, l’eurod√©put√©e LFI Manon Aubry alors que¬†l’Union europ√©enne accuse AstraZeneca¬†de ¬ę¬†violation flagrante¬†¬Ľ du contrat d’achat de vaccins anti-Covid.¬†¬ę¬†D√®s le d√©but, il fallait √™tre clair en imposant des sanctions si non-respect du calendrier de livraison.¬†¬Ľ¬†La co-pr√©sidente du groupe de gauche au Parlement europ√©en revient √©galement sur les¬†sanctions contre la Bi√©lorussie. Selon elle,¬†¬ę¬†il y a une esp√®ce de parfum de guerre froide¬†¬Ľ. √Ä la veille du voyage officiel d’Emmanuel Macron au Rwanda, elle appelle enfin √†¬†¬ę¬†sortir de ces d√©cennies de Fran√ßafrique.¬†¬Ľ

franceinfo : Approuvez-vous l’Union europ√©enne qui r√©clame 10 millions d’euros de p√©nalit√©s √† AstraZeneca ?

Manon Aubry : Il est un peu tard pour se r√©veiller. En plus, ce n’est pas du tout s√Ľr que l’Union europ√©enne remporte cette proc√©dure juridique hasardeuse. D√®s le d√©part, elle a accept√© les clauses des laboratoires pharmaceutiques. Je rappelle quand m√™me que ces contrats n’ont pas √©t√© rendus publics et qu’on n’en a pas tir√© les le√ßons, puisque les contrats sign√©s ces derniers jours ne sont toujours pas publics. L’Union europ√©enne s’est laiss√© imposer le calendrier de livraison et les clauses de responsabilit√© de la part des laboratoires. D√®s le d√©but, il fallait √™tre tr√®s clair vis-√†-vis des laboratoires pharmaceutiques en imposant des conditions, y compris avec des sanctions si non-respect du calendrier de livraison. Apr√®s, on ne va pas se leurrer, les capacit√©s de production de ces seuls laboratoires ne suffisaient pas. C’est aussi pour √ßa qu’on m√®ne ce combat sur la lev√©e des brevets. Mais pour cela, il ne faut pas c√©der au lobby pharmaceutique, ce que la Commission europ√©enne a fait pendant beaucoup trop longtemps.

Autre annonce de l’Union europ√©enne hier, ses sanctions contre la Bi√©lorussie sont-elles suffire ?

D’abord, ces sanctions sont bienvenues parce qu’on a quand m√™me affaire √† un acte de piraterie d’une extr√™me gravit√©. Nous demandons la lib√©ration imm√©diate de Romane Protassevitch, de sa compagne, mais aussi des autres opposants politiques et journalistes qui sont quotidiennement intimid√©s ou menac√©s par le r√©gime Loukachenko. Mais la seule sanction mise en Ňďuvre, c’est l’interdiction du survol de l’espace bi√©lorusse.

Partout dans le monde, la d√©mocratie est menac√©e. L’Union europ√©enne fait face √† Loukachenko, √† Poutine, et en r√©alit√© √† beaucoup d’√Čtats, m√™me en son sein. En Hongrie, en Pologne, en Slov√©nie, on remet en cause la libert√© des m√©dias et les partis d’opposition. Oui, il y a une esp√®ce de parfum de guerre froide sur lequel il faut √™tre tr√®s vigilant √† ne pas faire monter la sauce, mais au contraire d√©sescalader le niveau de la pression.

Enfin, qu’attendez-vous du voyage officiel d’Emmanuel Macron au Rwanda demain ?

Qu’il revienne sur les erreurs et qu’il reconnaisse enfin le r√īle qu’a pu jouer la France dans ce terrible g√©nocide. Cela doit surtout √™tre un signal pour sortir de ces d√©cennies de Fran√ßafrique. On le voit encore aujourd’hui avec l’attitude d’Emmanuel Macron qui soutient le r√©gime putschiste au Tchad et adoube le fils d’Idriss D√©by. ¬ę¬†Ni d√©ni, ni repentance¬†¬Ľ, dit-il dans une interview √† Zadig o√Ļ il parle beaucoup d’Histoire. S’il veut parler d’Histoire, il peut aussi faire le parall√®le avec la soci√©t√© de privil√®ges que nous avions dans l’ancien r√©gime et qui est en train de se redessiner avec des privil√®ges accord√©s aux milliardaires et aux multinationales. Il peut aussi voir l’ambiance pr√©-fachiste extr√™mement inqui√©tante avec l’extr√™me droite aux portes du pouvoir. Ces deux parall√®les historiques peuvent √™tre lourds d’enrichissement pour l’avenir tr√®s proche.

Plus d'articles

Démantèlement de Fret SNCF : la bombe climatique

L’Alliance écologique et sociale publie une étude sur le risque de hausse du trafic routier que va engendrer le démantèlement de Fret SNCF enclenché par le gouvernement en mai dernier. En fonction des différentes hypothèses, ce serait entre 300 000 et 520 000 poids lourds supplémentaires sur les routes de France par an.