Victoire pour les travailleurs des plateformes, discours sur l’état de l’UE, paquet climat au rabais – LE DEBRIEF #10

Partager sur telegram
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Inscrivez-vous ci-dessous pour vous abonner à notre newsletter

Cette semaine de plénière de rentrée a été bien remplie pour les eurodéputé.es de la délégation France insoumise, qui ont pris part à de nombreux débats et se sont battus sur tous les fronts. La plénière a notamment été marquée par une victoire pour les droits des travailleurs des plateformes, un combat mené depuis des années par Leïla Chaibi, mais aussi le fameux discours sur l’état de l’Union de la présidente de la Commission européenne.

Dès lundi, Manon Aubry est intervenue dans l’hémicycle, pour dénoncer le manque d’ambition du paquet climat proposé par la Commission européenne. D’une part, l’objectif de réduction des gaz à effet de serre est insuffisant : les experts du GIEC affirment qu’il nous faut réduire nos émissions d’au moins 65% d’ici 2030 pour maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 1,5°C. Ce paquet climat ne place l’objectif qu’à 55%. D’autre part, la Commission reste dans une logique de marché, avec notamment l’extension du marché carbone. Mais on le sait pertinemment : ce n’est pas comme ça que nous parviendrons à une planète viable ! Manon Aubry est également intervenue pour dénoncer le manque de transparence sur la fiscalité, qui profite aux évadés fiscaux. 

Younous Omarjee s’est exprimé sur les catastrophes naturelles qui ont frappé l’Europe cet été, prouvant même aux plus sceptiques que le changement climatique est déjà bien là. Le président de la commission REGI a proposé la création d’un fonds européen régional d’adaptation au changement climatique. Puisque ces phénomènes sont voués à devenir fréquents, nous devons nous y préparer et aider les régions à y faire face ! Younous Omarjee a également permis une réussite majeure pour la solidarité européenne avec le vote de la réserve d’ajustement au Brexit, un fonds de solidarité à destination des secteurs et des pays les plus touchés par les conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Cette réserve permettra par exemple aux pêcheurs de compenser les pertes dûes à la perte d’accès aux eaux britanniques. Enfin, Younous Omarjee est intervenu pour demander la création d’une macro-région Atlantique, afin de répondre à la crise socio-économique aggravée par le Brexit et la crise Covid.

Leïla Chaibi a quant à elle vu l’un de ses dossiers majeurs aboutir : celui sur les travailleurs des plateformes numériques. De grandes avancées ont été obtenues car le Parlement a voté un rapport demandant aux plateformes de respecter leurs obligations d’employeurs, par la présomption de salariat et le renversement de la charge de la preuve. Cette présomption signifie que les travailleurs des plateformes, tels que les livreurs Uber ou Deliveroo par exemple, sont considérés comme des salariés dès le premier jour de la relation de travail. Dans le cas contraire, c’est à la plateforme de le prouver. La Commission européenne doit maintenant entendre la requête du Parlement et proposer une loi allant dans ce sens. 

Manuel Bompard s’est quant à lui exprimé sur la transformation de nos systèmes alimentaires, dénonçant l’attitude des lobbies qui tentent de torpiller le prochain sommet des Nations-Unies sur les systèmes alimentaires prévu à New-York le 23 septembre. Pour Manuel Bompard, l’indispensable transformation de nos systèmes alimentaires doit être fondée sur l’agroécologie et les droits des paysans et la Politique agricole commune doit être revue de toute urgence. 

Le Parlement européen a voté une résolution garantissant la libre-circulation des familles LGBTI+, un texte sur lequel Anne-Sophie Pelletier était rapporteure fictive.

Enfin, l’événement majeur de cette plénière était le discours sur l’état de l’union, tenu annuellement par la Présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen. Sans surprise, ce grand discours de politique générale était teinté d’une hypocrisie sans nom et a révélé les priorités aberrantes de la Commission européenne, qui se soucie plus de l’Europe de la Défense que de l’urgence sociale, ce que Manon Aubry a dénoncé dans l’hémicycle. Emmanuel Maurel était quant à lui interviewé par France24 et a dénoncé un discours très “auto-satisfait”.

Les eurodéputé.es de la Délégation France insoumise ont largement dénoncé cette attitude et comptent bien tout faire pour mettre en lumière les réalités du quotidien des européens ! 

Plus d'articles

Inscrivez-vous à notre newletter !

C'est gratuit, et envoyé une fois par semaine.

DFI

Pour vous inscrire, cliquez ici : https://d-fi.lafranceinsoumise.fr/newsletter/

Renseignez votre adresse email et recevez chaque semaine l’actualités des luttes de notre délégation au Parlement européen.