Droits des femmes, santé et sécurité au travail, semestre européen, menaces sur la société civile… Le DEBRIEF #16

Partager sur telegram
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Inscrivez-vous ci-dessous pour vous abonner à notre newsletter

Comme à chaque session plénière, voici le débrief de la semaine dernière ! 

Cette plénière était marquée par une importante séquence féministe, avec la journée internationale de lutte pour les droits des femmes le 8 mars. En Europe et dans le monde, les femmes sont toujours victimes de discriminations majeures et sujettes à des violences généralisées qu’il est urgent d’éliminer. Ce qui devait être la grande cause du quinquennat Macron s’est révélé n’être qu’une opération de communication, que dénoncent toutes les associations féministes. Contrairement à tous ceux qui se contentent de belles paroles, nous nous battons pour que soient débloqués des moyens financiers et humains à la hauteur de la situation et que des mesures concrètes soient mises en œuvre pour réellement faire progresser les droits des femmes, en France comme en Europe. 

Toujours sur les droits des femmes, un rapport sur la parité au Parlement européen a été voté mercredi. Malgré des chiffres alarmants (seulement 39% d’eurodéputées femmes, très peu d’entre elles à des postes importants, surreprésentation des hommes dans la plupart des commissions parlementaires…),  de nombreuses délégations se sont opposées à nos amendements pour plus de parité. Notre demande d’introduire une règle de minimum 25% du genre sous-représenté pour former une commission parlementaire, ainsi que notre proposition de binôme paritaire à la présidence de tous les groupes politiques ont été rejetées par la droite et l’extrême droite. La parité ne progressera pas avec des mots creux mais avec de réelles contraintes !

Concernant les droits des travailleurs·euses, un texte important était débattu sur la santé et la sécurité au travail. Les employeurs, dans leur course au profit, n’hésitent pas à dégrader toujours plus les conditions de travail de leurs salarié·es, quitte à les mettre en danger. Résultat, selon l’OIT les accidents de travail et maladies professionnelles sont responsables de 2,3 millions de morts par an dans le monde. Or personne ne devrait perdre la vie en essayant de la gagner. Nous nous battons donc pour un environnement de travail sain et sûr, pour que soient mieux reconnues et indemnisées les maladies professionnelles (comme les cancers professionnels, largement sous-estimés), mais aussi pour renforcer l’inspection du travail en augmentant les effectifs. Enfin, pour garantir des conditions de travail décentes, les syndicats doivent pouvoir participer activement aux politiques de santé et sécurité dans l’entreprise (notamment à travers les CHSCT), ce qui constitue l’une de nos demandes. 

En début de semaine était débattu le semestre européen, à savoir le système qui oblige les États membres à aligner leurs politiques économiques et budgétaires sur les règles et les objectifs arrêtés au niveau de l’UE, donc sur des règles austéritaires totalement incompatibles avec des mesures de lutte contre les urgences écologique et sociale. Nous avons donc défendu la fin du semestre actuel et la prise en compte d’autres objectifs de convergence : bien-être des gens, réduction des inégalités, protection de l’environnement…

Enfin, un rapport sur le rétrécissement de la société civile en Europe était à l’agenda. La société civile, se sont toutes les organisations non gouvernementales qui participent au débat public : associations, ONG, citoyens, syndicats… La société civile est indispensable au bon fonctionnement de la démocratie mais est mise à mal par de nombreuses restrictions partout en Europe. Nous avons donc dénoncé le ciblage des associations et militant·es agissant pour les droits des femmes, de la communauté LGBTQI+, des minorités, des migrants et des réfugiés, notamment en Pologne, en Hongrie ou en Slovénie, mais aussi la censure et la concentration des médias, les difficultés de financements des associations et ONG, la dissolution de certaines d’entre elles, les violences policières qui se multiplient et constituent une grave violation des droits fondamentaux… La société civile est essentielle à nos démocraties et doit à tout prix être préservée !

Plus d'articles

Inscrivez-vous à notre newletter !

C'est gratuit, et envoyé une fois par semaine.

DFI

Pour vous inscrire, cliquez ici : https://d-fi.lafranceinsoumise.fr/newsletter/

Renseignez votre adresse email et recevez chaque semaine l’actualités des luttes de notre délégation au Parlement européen.