đŸ“ș HarcĂšlement des femmes en ligne

Partager sur telegram
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Intervention de Leïla Chaibi en pléniÚre

“Hier soir j’étais en terrasse. Je discutais avec des amis. Quelqu’un est venu Ă  notre table et m’a dit : “Ferme ta gueule et laisse les français dĂ©cider Ă©trangĂšre !” Une autre personne s’est approchĂ©e et a criĂ© : “des salopes !” Puis “sales races !” À la fin ils Ă©taient 25 : “abrutie”, “pauvre idiote”… Vous trouvez ça Ă©trange ? C’est ce qui se passerait si on transposait Twitter dans la vraie vie. Ces insultes, je les ai vraiment reçues sur les rĂ©seaux sociaux. Je ne suis pas la seule.

♀ 3/4 des femmes ont dĂ©jĂ  fait l’objet de harcĂšlement en ligne d’aprĂšs l’ONU. AprĂšs avoir vĂ©cu une violence en ligne, un tiers cesse d’y donner leur opinion selon @amnestyfrance. Ces propos et comportements virilistes, souvent profĂ©rĂ©s par des gens bien assis dans leur canapĂ© et bien cachĂ©s derriĂšre leur Ă©cran, sont des freins Ă  la libertĂ© d’expression. Ils entraĂźnent l’auto-censure, invisibilisent les femmes et lĂ©gitiment la haine et la violence. Internet doit ĂȘtre tout le contraire de ça : ça doit ĂȘtre un lieu d’expression, de libertĂ©, de dĂ©bats, d’Ă©changes, un espace commun sur lequel tout le monde peut discuter de tout et de rien, mais surtout de tout.

Plus de vidéos

Inscrivez-vous Ă  notre newletter !

C'est gratuit, et envoyé une fois par semaine.

DFI

Pour vous inscrire, cliquez ici : https://d-fi.lafranceinsoumise.fr/newsletter/

Renseignez votre adresse email et recevez chaque semaine l’actualitĂ©s des luttes de notre dĂ©lĂ©gation au Parlement europĂ©en.